essence carburant

La hausse des prix de l’énergie et/ou du carburant devient la première préoccupation des chefs d’entreprise

C’est un des résultats de l’enquête* que la CPME a mené auprès des dirigeants de TPE-PME pour mesurer l’impact et recenser les solutions à mettre en place, face au fléau de l’envolée des prix de l’énergie et du carburant sur leur activité. En effet, près d’un dirigeant sur deux place désormais la hausse des prix de l’énergie ou du carburant en tête de ses préoccupations devant les difficultés d’approvisionnement de matières premières (21%) ou de recrutement (16%).

Autre chiffre sans appel, 71 % des dirigeants interrogés affirment être impactés par une augmentation importante des prix de l’énergie (hors carburants). Sans surprise, sont massivement concernées : les entreprises industrielles (à 76 %) et les TPE ayant souscrit des contrats d’électricité au prix du marché (pour 80 % d’entre elles).

Les répercussions de cette flambée sur les petites entreprises sont préoccupantes : la très grande majorité (86%) déplore une baisse de ses marges tandis que plus d’une sur quatre (22%) a dû se résoudre à augmenter ses prix de vente. 

Plus inquiétant encore, plus d’un tiers (37%) des dirigeants interrogés indiquent « remettre en cause leur modèle économique » en raison de cette hausse des prix, près d’un sur quatre (18%) allant jusqu’à se poser la question du maintien de son activité du fait de cette situation.

Le sujet du carburant est également prégnant.  Les entreprises utilisant au moins un véhicule dans le cadre uniquement professionnel, sont touchées de plein fouet. Près de la moitié d’entre elles (46%) estiment que cette situation a eu un impact négatif sur leur chiffre d’affaires, probablement du fait de la limitation de leurs déplacements. Cela se traduit par la baisse de leurs marges (pour 93 % d’entre elles) et l’augmentation de leurs prix de vente (36 %).

Les dirigeants de TPE-PME ont donc, logiquement, cherché à se prémunir contre cette situation.  Un tiers déclare avoir acquis des équipements ou véhicules économes, ou prévoient de le faire prochainement.  Mais cela n’est malheureusement pas possible pour tous. Si les chefs d’entreprise estiment que le manque d’offre est le principal frein à l’acquisition d’équipements économes, pour les véhicules, les prix élevés constituent un obstacle important.

Enfin, plus de la moitié des dirigeants (56 %) considère que la hausse des coûts de l’énergie et des carburants est structurelle et ne s’arrêtera pas, même si 44% d’entre eux pensent que cette augmentation est avant tout due à des facteurs conjoncturels comme la guerre en Ukraine.

Pour pallier cette situation, les trois quarts des chefs d’entreprise estiment qu’une baisse de la fiscalité serait plus efficace qu’une aide financière, que ce soit pour juguler l’envolée des coûts de l’énergie ou des carburants.

Après la crise économique liée au Covid-19 et la flambée du coût des matières premières, la CPME estime indispensable de venir en aide aux TPE-PME aujourd’hui confrontées à la hausse des prix de l’énergie. Pour les aider à passer cette période difficile, elle préconise d’agir, à court terme, pour limiter la hausse des prix de l’énergie, tout en les accompagnant sur la voie de la transition énergétique. 

* Enquête menée du 1er au 25 mars 2022 auprès de 1523 dirigeants par l’envoi d’un questionnaire en ligne.

Télécharger les résultats de l’enquête CPME