CESE-CESR

Calendrier

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

  Octobre 2017  

 

Rechercher

 
 

zoomsur.gif

Pavé de gauche 4
Accueil > Communiqués de presse > Entreprises > L'entrepreneur du 21e siècle sera-t-il percepteur et auxiliaire de la police de la route ?
Communiqués de presse

lundi 19 septembre 2016

L'entrepreneur du 21e siècle sera-t-il percepteur et auxiliaire de la police de la route ?

A la demande du gouvernement, le Projet de Loi "Justice du 21e siècle" actuellement au Parlement prévoit d'obliger les entrepreneurs à renseigner l'identité du salarié susceptible d'avoir commis une infraction au code de la route avec un véhicule d'entreprise.

Jusqu'à présent ce type de situation aboutissait à une amende réglée par l'entreprise, à l'issue d'une requête en contestation.

La modification proposée par le gouvernement reviendrait à obliger un chef d'entreprise à identifier et à dénoncer systématiquement aux autorités le salarié pouvant être l'auteur de l'infraction. La non communication de cette information constituerait une contravention de 4e classe (max 750€) imputable personnellement au chef d'entreprise.

Obliger un employeur à dénoncer un salarié revêt un caractère délétère peu propice à un climat social serein à l'intérieur de l'entreprise. Il lui faudra pour cela mener une enquête interne et, en cas d'échec, c'est lui qui portera personnellement la responsabilité de l'infraction en étant sanctionné.

Non content de vouloir transformer le chef d'entreprise en percepteur par le biais du paiement de l'impôt à la source, le gouvernement souhaite aujourd'hui en faire un auxiliaire des forces de police routière. Avec dans un cas comme dans l'autre une importante sanction financière à la clé.

La CGPME demande le retrait de cette mesure.

Si la prévention routière passe par l'entreprise, la répression routière n'est pas de son ressort.

Il est temps de comprendre que la mission première d'un chef d'entreprise est de faire vivre et de développer son entreprise. Nul besoin de "charger la barque"...