Bannière de l'Ukraine

Invasion en Ukraine : vers un plan de résilience pour les PME

Après l’annonce par le président de la République, Emmanuel Macron, d’un plan de résilience pour limiter l’impact économique et social du conflit sur les entreprises, la CPME a été consultée, dès la fin de semaine dernière, par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance. François Asselin a ensuite porté les propositions de la CPME devant le Premier ministre, Jean Castex, qui a réuni les partenaires sociaux, le 8 mars.

Afin de soutenir les PME qui sont freinées, voire stoppées dans leur développement sur les marchés ukrainien, russe et biélorusse, mais aussi d’accompagner celles qui subissent de plein fouet l’explosion des prix de l’énergie et des matières premières, voire des pénuries d’approvisionnement, la CPME a formulé plusieurs propositions pour : 

  • Limiter la hausse du prix de l’énergie par la mise en place de critères liés au pourcentage de dépenses d’énergie dans le prix de vente ou le résultat de l’entreprise ou, autre proposition, accorder une subvention aux entreprises correspondant à une part de la différence des dépenses énergétiques entre 2019 et 2022, avec la mise en œuvre d’un plafond, sur le modèle du Fonds de solidarité (FDS). La CPME a formalisé des propositions spécifiques et précises pour amortir l’explosion du prix des carburants (lien-ci-dessous).
  • Sécuriser les approvisionnements et limiter la dépendance aux minerais et métaux stratégiques en donnant aux entreprises la capacité de trouver des voies alternatives, sur le moyen-long terme,
  • Prolonger certains dispositifs existants ou en mobiliser de nouveaux comme un moratoire sur le paiement des charges sociales et fiscales et la réactivation du dispositif d’activité partielle avec un « zéro reste à charge ».