François Asselin face caméra

Restrictions sanitaires : la réaction de la CPME

Hier soir, le gouvernement a annoncé un statu quo jusqu'à lundi prochain en matière de restrictions sanitaires, avec pour stratégie d’attendre que les mesures prises une semaine plus tôt fassent effet avant d’envisager toute nouvelle mesure. Si le seuil d'alerte maximale devait être étendu à plusieurs métropoles lundi, le ministre de la Santé a annoncé que les bars seraient fermés, mais que les restaurants pourraient rester ouverts en suivant un protocole sanitaire plus strict, comme l'avait demandé la CPME.

Une décision bienvenue pour la Confédération qui s’était inquiétée jeudi matin de nouvelles fermetures d’entreprises, qui mettraient définitivement à terre bon nombre de TPE et PME déjà très fragilisées par la crise. 

En effet, le 23 septembre, Olivier Véran a annoncé le durcissement des mesures sanitaires, dont la fermeture des bars et restaurants en Guadeloupe et à Aix-Marseille ou encore celle des salles de sport. La CPME a vivement réagi.

François Asselin était l’invité de la matinale d’Europe 1 le lendemain, jeudi 24 septembre. Il a proposé des solutions concrètes pour les entreprises frappées de plein fouet : 
"Il faut continuer à soutenir les TPE et PME et investir pour que ça aille les irriguer. Ce n'est pas à partir de Bercy que l'on va s'adresser à 1,8 million d'entreprises qui ont au moins un salarié !

  • Annuler les charges sociales des entreprises contraintes à fermer
  • Considérer les dettes sociales des indépendants comme des dettes de la personne morale (l'entreprise) et non de la personne physique
  • Ouvrir le 2ème niveau du fonds de solidarité aux indépendants (jusqu'à 10 000€)

Et sur le terrain de la mise en œuvre du plan de relance, le président de la CPME martèle : "L'intendance doit suivre ! Il faut descendre dans les territoires et faire confiance aux acteurs dans les régions."