Ingénieur en industrie

Covid-19 : face à la crise, les PME en première ligne

Alors que la crise sanitaire s’amplifie, la CPME a demandé à renforcer les mesures de soutien, prolonger le remboursement du PGE et à organiser la vaccination dans les entreprises. Elle a également alerté sur les dangers d’un arrêt de travail automatique pour suspicion de Covid.

Aides aux entreprises et vaccination

François Asselin a appelé, le 11 janvier sur France Inter, à élargir les conditions d’accès aux aides et notamment au fonds de solidarité, les mesures sanitaires venaient à se durcir (aller à 1.04.31).

Le 6 janvier, sur BFM Business, il a rappelé que l'enjeu de la vaccination était crucial pour les PME : "un cas de coronavirus dans l'entreprise, c'est le risque de l'arrêt de l'activité." Pour cela, il est favorable à une campagne de vaccination en entreprise : "pourquoi ne pas organiser avec les professionnels libéraux de proximité, des vaccinations dans les entreprises ? Nous y sommes prêts."
Il a insisté sur la nécessité d'élargir la boîte à outils du soutien aux entreprises viables pour sortir de la crise : "Il y a 3 axes sur lesquels nous devons continuer de travailler : protéger les salariés, protéger l'entreprise et protéger le chef d'entreprise".
Le Figaro a relayé ses propositions dans ses colonnes.

Vendredi 8 janvier, au lendemain de la conférence de presse de Jean Castex, François Asselin a déploré une véritable "catastrophe économique" au micro de RTL. Il a évoqué "la nécessité de travailler à des scenarii de sortie de crise plus calibrés" et la mise en place d'une contribution Covid "pour neutraliser les dettes des entreprises".

Arrêts de travail immédiats

Le 8 janvier, la CPME a été la première organisation à réagir à l’annonce du Premier ministre de mise en place d’un arrêt maladie « automatique » pour suspicion de Covid à travers un communiqué de presse

Elle s’est exprimée dans les médias pour défendre un nécessaire encadrement de cette mesure par l’Etat, afin d’éviter les abus.

Eric Chevée, vice-président CPME en charge des Affaires sociales, a été interviewé dans le journal de 7h30 samedi 9 janvier sur RCF (à 5min34) : "Il faut des garde-fous : limiter la durée de l'arrêt, ou encore contrôler pour éviter les abus et les récurrences"

Le 10 janvier, Stéphanie Pauzat, vice-présidente déléguée de la CPME, a pointé sur France 3 : "Il y a un risque de désorganisation des TPE et PME qui n’ont pas les ressources nécessaires pour faire face, contrairement aux grandes structures"

Le 11 janvier, Jean-Eudes du Mesnil, secrétaire général, a réaffirmé l'inquiétude de la CPME concernant cette mesure dans Good morning business sur BFM Business (à partir de 1h37min50s).

Sur France info (radio), Emmanuel Cugny, a expliqué l’alerte de la CPME sur les dangers du caractère automatique de cette mesure, sans aucun contrôle médical.
 

PGE de consolidation

La CPME a avancé des propositions pour permettre aux entreprises de faire face au mur de la dette en prolongeant notamment le délai de remboursement du PGE dans un communiqué de presse, le 11 janvier. 

Dans Les Echos, Germain Simoneau, président de la commission Financement des entreprises, a décrypté la proposition de la CPME d'un prêt de consolidation garanti par l'Etat qui regrouperait l'ensemble des dettes accumulées pendant la crise : "rééchelonner les dettes de l'entreprise, en définissant un nouveau calendrier d'amortissement qui laisse le temps de rembourser tranquillement. Et dans le même temps, on préserve sa capacité à redémarrer son activité pour la sortie de crise"