Valérie Pécresse et Eric Zemmour

Présidentielle : après Anne Hidalgo & Marine Le Pen, la CPME reçoit Valérie Pécresse et Eric Zemmour le 16 mars

Mercredi 16 mars à 9h45, Valérie Pécresse viendra débattre pendant une heure avec les chefs d’entreprise à la CPME, puis de 11h00 à midi, Eric Zemmour se pliera à son tour à l'exercice. 

Envolée des prix du carburant et des matières premières engendrée par le conflit en Ukraine, fiscalité, réforme des retraites, équilibre du budget de l’Etat, difficultés de recrutement, transition écologique des PME : les sujets à aborder ne manquent pas. 

Le nombre de places étant limité, si vous ne l’avez pas encore fait, inscrivez-vous pour assister à cette matinée en cliquant ICI*. 

Retour sur les débats du 9 mars

Anne Hidalgo a inauguré les débats Présidentielle 2022 à la CPME. Interrogée sur les mesures à prendre pour pallier les conséquences économiques du conflit en Ukraine, elle a appelé à la mise en place d’un « plan d’avenir » en lieu et place d’un « plan de résilience » qui ne soit pas français mais européen.
Elle a longuement abordé la transition écologique des PME en émettant notamment des propositions pour stimuler la rénovation thermique des bâtiments.
A la question de François Asselin sur la réforme des retraites, elle a répondu que le dispositif Touraine instauré sous le quinquennat de François Hollande était efficace et elle a estimé que si « l’âge de départ à la retraite n’était pas un totem » : elle ne souhaitait pas le reculer, mais en revanche « restaurer 4 critères de pénibilité ».


Marine Le Pen lui a succédé. Elle a introduit son propos en soulignant l’importance des PME : « Mon projet économique se résume en une phrase : TOUT pour les TPE/PME. Depuis de trop nombreuses années, tout a été fait pour les grands groupes et rien n'a été fait pour les petites et moyennes entreprises qui font pourtant vivre notre pays. ».
Puis elle a présenté les grands axes de son programme économique : investissement renforcé dans le nucléaire, grande politique d’aménagement du territoire, création d’un fonds souverain français, revalorisation du travail des jeunes.
Sur les conséquences du conflit en Ukraine, elle a répondu par la mise en place de mesures d’urgence : « baisser le prix du carburant et sortir du marché européen de l’électricité ». S’exprimant à son tour sur la réforme des retraites, si elle souhaite ne pas dépasser 62 ans comme âge légal de départ, elle a affirmé vouloir moduler cet âge pour que ceux qui ont commencé à travailler jeunes puissent partir plus tôt. 


*Vous recevrez un mail de confirmation de votre inscription.