CESE-CESR

Calendrier

L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          

  Février 2017  

 

Rechercher

 
Pavé de gauche
 

zoomsur.gif

Pavé de gauche 2
Pavé de gauche 3
Pavé de gauche 4
Accueil > Europe - International > Financement > Réponse de la CGPME à la consultation européenne sur les aides d’Etat soutenant l’accès des PME au capital-investissement
Europe - International

Réponse de la CGPME à la consultation européenne sur les aides d’Etat soutenant l’accès des PME au capital-investissement

A. Questions générales à titre d'information
A.1. Besoins de financement des PME

a. D'après votre expérience, quels sont les besoins de financement des PME en phase d'amorçage, de démarrage, d'expansion initiale et de croissance? Les financements sont-ils sollicités à des fins d'investissement et/ou de renforcement des fonds de roulement? Dans quelle mesure les besoins de financement varient-ils en fonction
I) de la taille de l'entreprise,
II) de sa phase de développement (amorçage, démarrage, expansion initiale et croissance) et de ses perspectives de croissance,
III) de son secteur d'activité et/ou
IV) de la nature des activités pour lesquelles un financement est sollicité ?

En phase d’amorçage les besoins peuvent être divers en fonction de l’activité de l’entreprise et de son secteur d’activité. Pour les entreprises industrielles, il y aura notamment un fort besoin d’investissement pour l’exploitation ou les matériels que n’aura pas forcément ou, dans une moindre mesure, une entreprise de service.
La structure juridique de l’entreprise joue également un rôle. Une entreprise individuelle et une société ne sont pas traitées de la même manière en matière de capital. Dans l’entreprise individuelle, il n’y a pas de notion de capital. En France, près de 50% des entreprises sont crées sous cette forme.
Concernant plus particulièrement les besoins de financement, selon le dernier baromètre KPMG-CGPME (octobre 2012), 69 % des PME ont au moins un besoin de financement dont 40% pour des financements d’investissement et 40% pour des financements d’exploitation.

  En savoir plus